La chaleur et l'humidité ont fait de ces quatre heures de marche un moment très difficile. Nous étions littéralement trempés.

Nous avons arpenté la vallée de Jamal (150 mètres de dénivelé), l'une des meilleures pour la culture du cacao à Cuba. Nous avons gravi une colline plantée de fèves et visité une maison de paysans placée comme un nid d'aigle sur la crête, face à la mer et à l'océan de palmiers à ses pieds.

Sur le chemin, nous avons pu admirer plusieurs « polimitas », petits escargots à la coquille multicolore, qui sont protégés. Magnifiques.

P1210966

P1210977

Un fermier en train de reconstruire sa ferme ravagée par le typhon, nous a fait boire du lait de coco en nous tranchant quelques noix, et offert des ananas murs exceptionnellement bons et de la goyave locale délicieuse. Un moment de grâce face à la mer et à cette nature luxuriante !!

Certains paysans descendent des Français installés dans la région au début du XIXe siècle. Nous avons ensuite fait une petite halte en bord de mer sur la plage vierge de Cajuajo, où nous avons profité de la relative fraîcheur de l'eau (30 degrés) pour nous remettre de la marche harassante du matin.

Nous avons ensuite repris la route pendant une heure environ vers la baie de Mata. Pique-nique à base de plats locaux typiques très réputés dans une communauté de paysans, parmi lesquels le "chorote", un chocolat chaud assez proche de ce que nous buvons mais directement fait d’une boule de cacao, le "bacan", une crème de plantain enveloppée dans des feuilles de bananier, le "calalu", soupe de légumes et fruits de mer avec du lait de coco, le "cucurucho", dessert de coco dans un cornet fait avec la partie inférieure des feuilles de palmier.

P1220025

 Nous avons assisté à un spectacle de chants et de danse très agréable avec un groupe local et des instruments de musique tout à fait uniques.

 

P1220021

Spectacle danse baracoa

P1220027

P1220031

P1220040