Nous avons ensuite visité le musée de la lutte contre les bandits, l'inévitable musée de la révolution qui est situé à l'intérieur de l'ancien couvent Saint-François d'Assise, construit au 18ème siècle.

P1230045

 

P1230067

Il faut rappeler que le massif de l'Escambray (dans les environs de Trinidad) fut longtemps un maquis révolutionnaire puis … contre révolutionnaire.

 On retrouve forcément dans ce musée, le fétichisme de la propagande révolutionnaire Cubaine, dont la pièce maîtresse est un bout de métal d'un U2 (l'avion de reconnaissance américain) abattu le 27/10/1962, dans le patio, une vedette rapide utilisée pour les combats. On y trouve également, de nombreuses photos où l'on voit Fidel Castro à 20 ans et le Che. Quelques objets sont présents dans des vitrines tels que le hamac du Che ou la chemise de Camilo Cienfuegos. Une autre salle est dédiée aux quelques héros locaux avec une galerie de portraits.

 Notre guide nous a alors expliqué qu'à l'époque de la seconde révolution Cubaine, une campagne d'alphabétisation des campagnes était à l’œuvre. De jeunes garçons instruits apprenait à lire aux paysans. Les contre-révolutionnaires ont cherche à tuer tous les « maîtres ».

On trouve dans cette région plusieurs affiches présentant le visage d'un jeune homme avec la phrase « yo soy el maestro » qui témoigne d'une épouvantable histoire au cours de laquelle un jeune maître et son élève paysan qui furent arrêtés avec la famille du paysan par des contre révolutionnaires. Ces derniers voulaient supprimer le maître et ont donc demandé qui était le maître. Le paysan s'est désigné et les contre révolutionnaires l'ont tué, alors le jeune maître s'est désigné « yo soy el maestro », et ils l'ont tué comme le reste de la famille du paysan.

Ce musée permet de mieux se figurer la situation de l'époque qui a débouché sur une véritable guerre civile entre Cubains propriétaires terriens soutenus par les américains en « sous main » et révolutionnaires Cubains.

A la fin de la visite du musée, nous sommes montés en haut de l'ancien clocher du couvent avec une très belle vue sur la ville, la mer au loin, et la montagne derrière.

P1230061

Nous avons déjeuné en ville dans un magnifique restaurant situé dans une ancienne demeure de Trinidad, appelé « le Colonial ». Très bon repas.

 

P1230046

P1230055

P1230071

 Ensuite, nous avons décidé d'aller profiter de la plage la plus proche située à environ 13 km de Trinidad, pour nous rafraîchir. Ce fût un moment des plus agréables sur la plage de sable blanc d'Ancon, qui s'étend sur près de 12 km, avec une eau avoisinant les 25 degrés.

 

P1230072

 

P1230078

Nous avons ensuite rejoint Trinidad pour la soirée et avons décidé d'arpenter ses vieilles rues pour découvrir ses autres monuments et ses places, telle que le « Parque Cespedes » très vert ou la vieille église de la ville à moitié en ruine, dénommée Santa Anna.

Nous avons ensuite rejoint le restaurant privé qui nous avait accueillis la veille pour un délicieux moment en dégustant notamment un des meilleurs mojitos qu'on ait jamais bu, très mentholé.

P1230081

P1230082

 

P1230083

P1230084

 

P1230085

 

P1230087

 

P1230096

 

P1230098

P1230099

Puis nous avons rejoint pour une soirée animée la « casa de la trova », attablés à une petite table dans un patio arboré au son de la musique traditionnelle Cubaine, un cocktail à la main, en admirant les danseurs et danseuses de salsa.