L'arrivée sur la porte du tombeau royal est juste impressionnante. On y trouve des touristes par centaines et des bédouins accompagnés d'ânes, de carrioles à cheval ou de dromadaires. Un mélange chaud, coloré et bruyant qui rend la découverte de ce site totalement exceptionnelle.

TousAuSiq

P1010405

P1010406

l'arrivée vers le Khazneh à Petra

P1010412

La porte en elle-même est plus petite que celle du monastère mais s'en distingue également par le fait qu'elle est située dans un endroit très protégé de l'érosion et que ses nombreuses niches présentent des statues sculptées dans la pierre. Cette porte est aussi plus finement décorée que celle du Monastère et ses statuts sont d'influences variées, tantôt romaines, tantôt grecques, tantôt égyptiennes.

 Cet édifice dont le style est influencé par l'art architectural d'Alexandrie, que l'on retrouve sur les murs des villas de Pompéi, aurait été érigé vers le Ier siècle avant JC et serait le tombeau d'un roi ou d'une reine, probablement le roi Arétas IV (mort en 40).

 Elle s'appelle « le trésor du Pharaon » car pendant longtemps les bédouins qui ont vécu dans le secteur ont cru que l'urne funéraire située en haut de la tholos contenait un important trésor. Des impacts de balles sont encore visibles sur l'urne massive de 3,5 mètres de hauteur, montrant les tentatives de la percer afin de s'emparer du trésor. Comme l'urne non creuse et toute la façade l'entourant sont taillées complètement dans le grès rose ferrugineux, ces tentatives sont restées stériles.

P1010414

P1010415

P1010416

P1010417

P1010418

P1010420

P1010422

P1010424

P1010425

P1010426

P1010427

Les petites encoches régulièrement espacées de chaque côté de la façade évoquent la marque d'échafaudages.

On peut aussi avoir une très bonne vue du Khazneh depuis le sommet du Djebel Khubtha que nous avons gravi l'après-midi. Du haut on entend la clameur des touristes massés au pied de la porte monumentale. Dans la montée, nous avons rencontré un berger qui nous a expliqué que son troupeau était de l'autre coté du ravin et qu'il était inquiet car une chèvre allait mettre bas et qu'il lui fallait aller la chercher. Le temps de réflechir à l'endroit par lequel il allait bien pouvoir passer..et il était déjà en face en train de traîner sa bête dans une paroi quasi-verticale ! Nous l'avons retrouvé chez sa femme qui avait installé une tente où l'on pouvait boire du thé..le chevreau était né et tétait goulument.

P1010428

P1010437