L'après-midi, après avoir traversé le village de pêcheurs Antafiampatsa et avons randonné vers Irodo et les canyons des Tsingy Rouges.

P1130769

P1130707

Ces tsingy sont issus d’une érosion appelée aussi lapiaz. Le mélange de différents oxydes et le travail du temps ont donné naissance à un ensemble de quelques centaines de petites cheminées de fée. La lumière en fin de journée y est magnifique et rend ce paysage tout bonnement spectaculaire !

P1130710

P1130711

P1130712

P1130714

P1130718

P1130720

P1130722

P1130730

A 60 kms au Sud Est de Diego Suarez, sur le plateau de Sahafary, se cachent au fond d’un canyon de drôles de cheminées. Celles-ci ne sont pas faites de briques et ne crachent pas de la fumée. C’est Dame Nature qui a façonné et révélé ces tsingy rouges, année après année aux yeux de tous. Découvert officiellement en 2000, leur forme unique et leur couleur rougeoyantes envoutent les esprits de ceux qui sont venus jusqu’à elles pour les visiter. Les formes qui se révèlent à nous, semblent représenter des fantômes enveloppés de suaires, de meringues géantes à la framboise ou de dentelles. Ces constructions de sables teintées par la latérite et révélés par les mouvements de terrain, le vent et la pluie sont extrêmement fragiles et donc éphémères. Un moment de poésie !

P1130733

P1130738

P1130746

P1130747

P1130750

P1130752

P1130754

Mais aussi de marne et de calcaire. La formation de ces « cheminées de fée » est le fruit d’un long travail, creusé par le fleuve de Frodo, ce canyon laisse apparaître d’immenses formations rouge ocre formées par le ruissellement de l’eau dans ces sols à ciel ouvert. Le mélange de différents oxydes donne à ces curiosités un panel de couleurs chaudes allant d’un blanc éclatant à un rouge intense. 

P1130755

P1130756

P1130757

P1130760

P1130768

En plus d’être un site hors du commun, celui-ci change d’année en année contrairement à ces voisins. En effet, les fortes pluies et les crues emportent avec elles certaines cheminées et en font apparaître de nouvelles. Comparez deux photos des tsingy rouges avec quelques années d’écart et la différence vous sautera aux yeux.

Après cette surprenante découverte nous avons rejoint à 2km de là un village où nous avons établi notre campement pour la nuit.

Avec la poussière et le sable accumulé lors de cette randonnée, nous avons pris une douche réconfortante arrivé au bivouac et avons diné d'un délicieux plat de tomates farcies au crabe en entrée et d'un crabe de mangrove en sauce avec du riz, des légumes et des frites. En dessert, nous avons dégusté une papaye bien mure.